Etymologie

De Perligence
Aller à : navigation, rechercher


mots anciens pour concepts d'interlection approfondis ...


Il existe au moins quatre connotations du premier siècle avant JC à la dénotation latine "'inter legere". Elles ont pour origine l'usage faits par :


Virgile 
poète bucolique : il s’intéresse aux entrelacs de la nature : chemins, cours d'eau, branchages, attelages, au bon fonctionnement des parties entre elles, etc. C'est ce que l'on appelle "être en bonne intelligence", l'époque actuelle en fait un tel usage par la notion d'interlien, qu'il convient pour un bonne compréhension de lui rendre sa prononciation d'"interligence".


Tite-Live 
historien : il considére l’enchainement consécutifs des faits. C'est l'intelligence historique de l'anglais (Intelligence Service, CIA), le renseignement français. L'époque actuelle en a fait un de ses socles sous le nom d'"information", ce qui accroit la connaissance. La source en est extérieure.


Ciceron 
avocat : il considère la sorite logique des syllogismes dialectique. C'est l'"intelligence" commune ou intellectuelle. La source en est intérieure.


Cesar 
général politique : il veut comprendre les possibles et, par la pensée, se rendre compte des liens, discerner. Il se fait louer par Cicéron pour sa perspicacité à "lire entre les lignes". C'est ce l'"intellition" : le sens de la perception de ce qui fait sens à son intelligence, à l'intelligence (renseignement) collectée dans le lacis du contexte réel).


L'apparition de la pensée catalysée et déportée par ordinateur nous a fait mieux prendre conscience deux sens et d'une méthode dans un contexte tellement couramment usités que nous les avions pas différenciés :


l'intellition 
c'est la perception (un sens est une perception) par notre intelligence de ce qui nous fais sens (discernement). C'est l'intégration la plus commune du syllogisme. La nouveauté depuis Poincaré, sa théorie du Chaos, ce sont les apports de 1974 aujourd'hui acceptés comme crédibles et utilisés par tous :
  • la mise en opération commerciale des développements infor/multimatiques d'architectures agoriques par Norman Hardy,
  • la perception du "réseau des réseau" de Louis Pouzin,
  • la fractalité (indépendance de la règle et de l'échelle) de Benoit Mandelbrot,
  • l'hyperlien de Ted Nelson
  • l'intelligence collective de Doug Engelbart.
Le monde, au niveau auquel nous en sommes venus à le considérer, est banalement complexe. Sa règle n'est plus la logique caténée, mais l'agorique concaténée. Tout interagit avec tout.


l'empathie 
nous avons à vivre dans cette complexité, et nous le faisons fort bien depuis des millénaires et des millénaires. Comment ? Par subsidiarité/suppléance.
Nous utilisons pour cela des cellules "miroir" dont le propos est de modéliser nos interlocuteurs externes dans notre propre cerveau, pour pouvoir les intégrer à notre processus de réflexion interne. Nous pouvons discuter avec eux "en local", sous condition que leurs modèles restent en phase ou que nous en suivions les divergences/convergence lors des rafraichissements que nous pouvons faire. Dans le cas où cette subsidiarité ne suffit plus, nous nous retournons vers le "primaire" et l’interrogeons pour qu'il supplée directement notre subsidiarité défaillante.
Lorsque nous en venons à un processus d'émergence entre eccéités séparées (personnes, pensées, référentiels, objets, etc.) nous partageons notre réflexion interne pour en faire une conflexion à sources multiples.


la perligence 
Ce faisant nous avons appris par le livre et la machine un déport de pensée ou de point de vue, qui va nous faire voir les choses à travers autrui et donc à augmenter notre balayage informationnel, et par là intellitionnel, sous divers angles. Ce faisant nous augmentons énormément la marge possible de nos incertitudes, mais nous pouvons aussi formidablement la réduire. Ceci ajoute la problématique comme une science architectonique nouvelle qui va être de savoir poser correctement la mathématique des problèmes pour que leur solutions soit néguentropiques et donc nous apportent des réponses scientifiques réfutables, vérifiables, etc. à l'aune d'une raison maintenant catalysée par ordinateurs.


la plurigence 
de manière générale la perligence des ensembles conceptuels (mathématiques, systémiques, sociologiques, thématiques, etc.) participent de délinéations sur/sous-jacentes "plurigentes" de leur perligence. Cette plurigence a été identifiée comme les classes (des énonciateurs) et les groupes (les auditeurs) permettant l'établissement de syllodonnées traitant des relations d'échanges, accès, pré-requis, etc. entre groupes et classes (cf. CUG/GFA en architecture datacoms).


Cohérence fondamentale

"Tenségrité : des ilots de contraintes dans un océan de tensions

L'analyse topographique de l'interligence ainsi dénommée montre qu'elle peut être décrite par une modélisation plégmatique (de plegma, tressé en grec) ou chaque donnée est soit :

  • autonome : càd non liée. Elle sera ou totalement libre, et donc inconnue jusqu'à être découverte ou révélée
  • une métadonnée : c'est à dire univoquement liée à une autre donnée qu'elle complète.
  • une diadonnées : c'est à dialectiquement liée, unie par le discours ou quantiquement intriquée à une autre donnée.
  • une syllodonnée : c'est à dire agoriquement (comme les membres d'une agora) liée à plusieurs données qu'elle agrége.

Ceci ressemble au modèle tenségritaire proposée par Richard B. Fuller ou de la gravitation quantique à boucle de Carlo Rovelli sauf en ce qui concerne l'émergence empathique des autonomes, et/ou peut-être sa provocation par l'énergie motrice ou mentale, au sein des polyèdres d'espace de Fuller (ou d'apeiron d'Anaximandre) néguentropiquement arrosés par l'entropie informative écoulée par la mousse de spins de Rovelli ?

Etymologie latine

PERLEGO, IS, ERE, EGI, ECTUM, tr 
1 siècle avant J.C.CICERO (Cicéron) lire en entier voir: lire
1 siècle avant J.C.VERGILIUS MARO (Virgile) parcourir des yeux voir: parcourir, passer en revue, (parcourir des yeux) voir: revue


PERCURRO, IS, ERE, CUCURRI ou CURRI, CURSUM, tr 
1 siècle avant J.C.CAESAR (César) parcourir v. t : aller d'un bout à l'autre de voir: parcourir
1 siècle avant J.C.CICERO (Cicéron) parcourir v. t : lire rapidement et superficiellement voir: parcourir
intr :
2 siècle avant J.C.TERENTIUS AFER (Térence) courir d'un point à un autre voir: courir
1 siècle avant J.C.LUCRETIUS CARUS (Lucrèce) courir à travers voir: courir


INTERLIGO, AS, ARE, AVI, ATUM, tr 
1 siècle après J.C.STATIUS (Stace) lier ensemble


INTELLIGO, IS, ERE, LEXI, LECTUM, tr 
1 siècle avant J.C.CAESAR (César) comprendre v. t : saisir par la pensée voir: comprendre

se rendre compte (comprendre), (discerner, remarquer) voir: compte

1 siècle avant J.C.CICERO (Cicéron) concevoir v. t : comprendre, avoir une idée de voir: concevoir - entendre v. t : (concevoir, comprendre), saisir par l'intelligence voir: entendre - se faire une idée de, (comprendre) voir: idée
1 siècle avant J.C.CICERO (Cicéron) avoir l'intelligence vive voir: intelligence

INTELLIGO, IS, ERE, LEXI, LECTUM, tr IN ALIQUA RE

siècle avant J.C.CICERO (Cicéron) être connaisseur en quelque chose voir: connaisseur, euse